Des livres dans tous leurs états. Quand l’enluminure passe au numérique.


Au Salon du livre, des exposants pas comme les autres utilisent les techniques les plus anciennes ou les plus modernes pour exercer leur art d'éditeur ou de restaurateur. Focus sur trois d'entre eux, particulièrement doués.

Pour la deuxième année consécutive, le Salon du livre de Paris accueille l'espace Art Square dédié aux livres d'exception : livres, lettres et manuscrits anciens, tirages de tête, ouvrages précieux et de collection, livres d'artistes et reliures d'art. Du 21 au 24 mars, les amoureux du livre pourront rencontrer les grands acteurs de cette passion bien française. Les trois exposants que nous avons rencontrés ont un point commun : que ce soit à Barcelone pour la maison M. Moleiro, spécialisée dans la reproduction de manuscrits anciens, à Ecouen pour l'Atelier de restauration Ars Libris, ou à Paris pour les Editions numériques Chatoyantes, tous trois conspirent au rayonnement du livre rare. Des riches heures du passé aux promesses de l'avenir.

Les clonages royaux de M. Moleiro
Pour les 800 ans du roi Saint Louis, la Conciergerie exposera l'automne prochain un chef-d'oeuvre de l'humanité : la Bible confectionnée à Paris, entre 1224 et 1236. Enfin, pas tout à fait celle-ci, mais son clone, grâce à une prouesse conçue dans les ateliers barcelonais de la maison M. Moleiro. Depuis
1991, Manuel Moleiro exhume les trésors des grandes institutions pour les reproduire et les rendre accessibles aux bibliophiles ou aux chercheurs : «Notre objectif est le même que celui des institutions qui les conservent : protéger le manuscrit qui ne peut pas être remplacé», explique-t-il. Six ans ont été nécessaires pour reproduire la Bible de Saint Louis dans les détails de ses 4 887enluminures sur fond d'or, et cela sans la faire sortir de la cathédrale de Tolède. Les techniques de l'offset, de la sérigraphie et l'impression en 3D s'allient aux savoirs des maîtres enlumineurs et relieurs : «L'argent et l'or que nous utilisons sont les mêmes que jadis. La reliure d'un de nos clones ne se différencie pas de celle du Moyen
Age», affirme l'éditeur. Parcourir son catalogue est un voyage en soi : livres d'heures, traités d'alchimie, atlas... Pour Le Livre du bonheur, six années de discussions ont été nécessaires à l'éditeur espagnol pour convaincre les responsables de la section des manuscrits de l'Islam de la BnF de lui confier ce livre réalisé au XVIe siècle par le sultan Mourad III, et rapporté par Napoléon de sa campagne d'Egypte. Quelques chiffres pour retoucher terre : chaque clone est tiré à 987 exemplaires, il n'y a jamais de seconde
édition, les prix varient de  2 000 à 16 000 €. Jean-Paul II dormait avec un Moleiro sur sa table de chevet, Bill Clinton aurait aussi le sien...

We use private and third party cookies to improve our services by analyzing your browsing habits. If you continue to browse, we consider that you accept its use. Learn more x