Atlas Universel

Bibliothèque Nationale de Russie, Saint-Pétersbourg




Date: 1565
Format: ± 294 x 451 mm
40 pages
19 cartes, sur double page
Reliure en peau marron
Étui en cuir
Volume de commentaires en couleurs (334 p.) rédigé par Alfredo Pinheiro Marques (University of Coimbra, Director of the "Centro do Estudos do Mar- CEMAR") et Ludmila Kildushevskaya (National Library of Russia)
« Quasi-original », édition première, unique, numérotée et limitée à 987 exemplaires certifiés par notaire
ISBN: 978-84-88526-62-5


Date: 1565
Format: ± 294 x 451 mm
40 pages
19 cartes, sur double page
Reliure en peau marron
Étui en cuir
Volume de commentaires en couleurs (334 p.) rédigé par Alfredo Pinheiro Marques (University of Coimbra, Director of the "Centro do Estudos do Mar- CEMAR") et Ludmila Kildushevskaya (National Library of Russia)
« Quasi-original », édition première, unique, numérotée et limitée à 987 exemplaires certifiés par notaire
ISBN: 978-84-88526-62-5





Volume de commentaires

Atlas Universel Bibliothèque Nationale de Russie, Saint-Pétersbourg


Format: 230 x 330 mm
Pages: 336
Illustrations: 164
Langues: anglais et portugais
ISBN: 978-84-88526-63-2

SOMMAIRE:

Preface
Jorge Sampaio (former president of  the portuguese Republic)

From the editor to the reader

The Portuguese cartography in the era of discoveries
Alfredo Pinheiro Marques (University of Coimbra, Director of the "Centro do Estudos do Mar- CEMAR")

The Universal Atlas of Diogo Homem
Ludmila Kildushevskaya (National Library of Russia)

Bibliography





Description

Atlas Universel Bibliothèque Nationale de Russie, Saint-Pétersbourg


La cartographie nautique portugaise du XVIe siècle a été très appréciée non seulement pour les nouveaux éléments liés à la navigation astronomique (éléments qui étaient introduits par les Portugais dans les cartes hydrographiques du type de portulan) mais aussi pour le domaine géographique extraordinairement large qu’elles représentaient. On comprend qu’il en fût ainsi car les Portugais, pionniers des découvertes géographiques depuis le XVe siècle, étaient les seuls, depuis le début du XVIe siècle, à naviguer autant dans l’Océan Indien, en Amérique et en Chine, au Brésil et au Japon, qu’en Afrique et Indonésie, c’est à dire, dans toutes les mers du monde.

Le milieu du XVIe siècle marque une époque qui correspond pratiquement au moment où le cycle des découvertes géographiques les plus significatives s’est épuisé; la Planète est pratiquement connue par les Européens comme elle l’est aujourd’hui (à l’exception de quelques territoires démographiquement moins significatifs). Ce n’est pas un hasard si ce cycle décisif de l’Histoire des Découvertes correspond à un cycle important de l’Histoire de la Cartographie. Et ce n’est pas un hasard non plus si dans ces deux cycles l’influence portugaise a été essentielle.

L’œuvre cartographique de Diogo Homem –le plus prolifique des cartographes portugais– représente l’exemple le plus emblématique d’une richesse exceptionnelle de la cartographie nautique produite dans l’Occident Ibérique au XVIe siècle. Le superbe atlas de Diogo Homem, daté de 1565, sera toujours considéré comme l’une des réalisations les plus brillantes de cette cartographie.

 



We use private and third party cookies to improve our services by analyzing your browsing habits. If you continue to browse, we consider that you accept its use. Learn more x