Les Heures d'Henri VIII

Job sur son tas de fumier, f. 127v


Page précédente

Comme mentionné ci-dessus, les neuf leçons de l’heure de matines de l’Office des Morts viennent toutes du Livre de Job. L’homme du pays d’Hus (ou Uz), qu’on vient d’évoquer, a été mis à rude épreuve par Satan : son bétail a été volé et décimé, ses serviteurs massacrés, sa maison rasée, et ses enfants tués. Job lui-même, couvert d’ulcères, se retrouve sur un tas de fumier, moqué par son épouse et ses amis. Une image de Job sur son fumier sert donc souvent de frontispice à l’Office des Morts. Dans l’image de Poyer, on voit un Job fatigué, presque nu, assis sur un tas d’ordures dans les ruines de ce qui fut jadis un grand bâtiment – sa maison détruite. Plissant les yeux et se penchant en avant, il est soumis aux railleries de ses trois « amis » : Éliphaz, Baldad et Sophar. Richement et exotiquement vêtus, ils l’abordent avec suffisance et désinvolture. Le plus jeune met un genou à terre, la meilleure position pour croiser ses yeux et se moquer.

Au bout du compte, Job recouvre la santé et connaît à nouveau la prospérité. Ses épreuves et son triomphe final constituent une métaphore, non seulement pour ceux qui sont sur la Terre, mais aussi pour ceux qui sont au Purgatoire. Tout le monde prie et espère que, quelle que soit la façon dont la foi de chacun est éprouvée et la durée des épreuves qu’il endure, la récompense céleste sera accordée par Dieu.

Roger S. Wieck.
Conservateur des Manuscrits du Moyen Age et de la Renaissance
The Morgan Library & Museum


Les Heures d'Henri VIII Job sur son tas de fumier, f. 127v

Page précédente

Job sur son tas de fumier, f. 127v

Comme mentionné ci-dessus, les neuf leçons de l’heure de matines de l’Office des Morts viennent toutes du Livre de Job. L’homme du pays d’Hus (ou Uz), qu’on vient d’évoquer, a été mis à rude épreuve par Satan : son bétail a été volé et décimé, ses serviteurs massacrés, sa maison rasée, et ses enfants tués. Job lui-même, couvert d’ulcères, se retrouve sur un tas de fumier, moqué par son épouse et ses amis. Une image de Job sur son fumier sert donc souvent de frontispice à l’Office des Morts. Dans l’image de Poyer, on voit un Job fatigué, presque nu, assis sur un tas d’ordures dans les ruines de ce qui fut jadis un grand bâtiment – sa maison détruite. Plissant les yeux et se penchant en avant, il est soumis aux railleries de ses trois « amis » : Éliphaz, Baldad et Sophar. Richement et exotiquement vêtus, ils l’abordent avec suffisance et désinvolture. Le plus jeune met un genou à terre, la meilleure position pour croiser ses yeux et se moquer.

Au bout du compte, Job recouvre la santé et connaît à nouveau la prospérité. Ses épreuves et son triomphe final constituent une métaphore, non seulement pour ceux qui sont sur la Terre, mais aussi pour ceux qui sont au Purgatoire. Tout le monde prie et espère que, quelle que soit la façon dont la foi de chacun est éprouvée et la durée des épreuves qu’il endure, la récompense céleste sera accordée par Dieu.

Roger S. Wieck.
Conservateur des Manuscrits du Moyen Age et de la Renaissance
The Morgan Library & Museum


Préférences en matière de cookies

Nous utilisons nos propres cookies et ceux de tiers pour améliorer nos services en analysant vos habitudes de navigation. Pour plus d'informations, vous pouvez lire notre politique en matière de cookies. Vous pouvez accepter tous les cookies en cliquant sur le bouton Accepter ou configurer ou refuser leur utilisation en cliquant ICI.