Lazzat al-nisâ (Le plaisir des femmes)

Lazzat al-nisâ (Le plaisir des femmes) f. 19r

Page précédente

f. 19r

Éléphant avec howdah - f. 19r
 
Un ami cher m’a raconté la chose suivante : « Un jour que je voyageais dans le désert, voici que soudainement un éléphant apparut tout au loin, et qui portait un howdah sur son dos. Effrayé, je montai dans un arbre. Au pied de cet arbre, il se débarrassa du howdah et commença à brouter là où il se trouvait.
 
Au bout de quelque temps, je vis qu'une belle femme sortait du howdah. Je n’avais jamais vu aussi jolie femme de ma vie. Je descendis de l'arbre et allai à sa rencontre. Elle vint à moi et je pus satisfaire mon désir avec elle. Après avoir été rassasiée, cette femme tira de sa poche une grosse corde et y fit un nœud. Je fus surpris et lui dit : « Quelle est donc cette corde et dans quel but y avez-vous fait un nœud ? - Elle dit : Ce que vous voyez là est en réalité mon mari, et ce n’est pas un véritable éléphant. C’est en fait un être humain. - Je demandai : Est-ce que cet éléphant est vraiment votre mari ? - Elle dit : Oui, c’est bel et bien mon mari. C’est un magicien et un yogi. Mais par jalousie et par rancœur, il m'a épousée et m'a prise chez lui. Par jalousie, il ne m'a montrée à personne et il ne veut pas rester en ville. Continuellement il me met sur son dos et il erre par les plaines, les montagnes et les déserts…


Traduction du texte du Lazzat al-nisâ par :
Willem Floor (Chercheur indépendant)
Hasan Javadi (Université de Californie, Berkeley)
Hormoz Ebrahimnejad (Université de Southampton

We use private and third party cookies to improve our services by analyzing your browsing habits. If you continue to browse, we consider that you accept its use. Learn more x