Grandes Heures d’Anne de Bretagne

f. 3r, Anne de Bretagne en prière présentée par trois saintes


Page précédente

Entourée d’un simple cadre plat en or, comme dans la peinture précédente, la deuxième miniature du manuscrit montre la reine agenouillée sur un riche coussin en damas ou brocart au riche duvet bourgogne achevé par des pompons dorés à côté d’un prie-Dieu recouvert du même tissu, c’est-à-dire, en velours de soie travaillé avec un dessin de grenades, motif qui, de façon générale, signifie l’union, et donc, dans ce cas, celle du royaume de France et du duché de Bretagne ou celle de l’Église, au-dessus duquel il y a un livre, peut-être d’heures. La reine regarde en direction de la peinture qui se trouve sur le folio opposé et qui montre le Christ mort sur le giron de Marie. Anne de Bretagne est vêtue suivant la tradition française, c’est-à-dire d’une chemise ou liquette à manches longues en fin tissu de Hollande, dont on aperçoit le col, richement travaillé, sous le décolleté, d’une tunique à la française proprement dit.


Grandes Heures d’Anne de Bretagne f. 3r, Anne de Bretagne en prière présentée par trois saintes

Page précédente

f. 3r, Anne de Bretagne en prière présentée par trois saintes

Entourée d’un simple cadre plat en or, comme dans la peinture précédente, la deuxième miniature du manuscrit montre la reine agenouillée sur un riche coussin en damas ou brocart au riche duvet bourgogne achevé par des pompons dorés à côté d’un prie-Dieu recouvert du même tissu, c’est-à-dire, en velours de soie travaillé avec un dessin de grenades, motif qui, de façon générale, signifie l’union, et donc, dans ce cas, celle du royaume de France et du duché de Bretagne ou celle de l’Église, au-dessus duquel il y a un livre, peut-être d’heures. La reine regarde en direction de la peinture qui se trouve sur le folio opposé et qui montre le Christ mort sur le giron de Marie. Anne de Bretagne est vêtue suivant la tradition française, c’est-à-dire d’une chemise ou liquette à manches longues en fin tissu de Hollande, dont on aperçoit le col, richement travaillé, sous le décolleté, d’une tunique à la française proprement dit.


Préférences en matière de cookies

Nous utilisons nos propres cookies et ceux de tiers pour améliorer nos services en analysant vos habitudes de navigation. Pour plus d'informations, vous pouvez lire notre politique en matière de cookies. Vous pouvez accepter tous les cookies en cliquant sur le bouton Accepter ou configurer ou refuser leur utilisation en cliquant ICI.