Grandes Heures d’Anne de Bretagne

f. 227v, Le Baiser de Judas


Page précédente

Dans la nuit tragiquement éclairée de torches et de lanternes qui font scintiller les casques, Judas, la bourse aux trente derniers dans la main gauche, désigne par un baiser Jésus aux soudards chargés de l’appréhender. Saint Pierre, à gauche, remet au fourreau le glaive dont il vient de couper l’oreille au « serviteur du grand prêtre », Malchus, effondré au premier plan. Jésus, da sa main droite, remet l’oreille en place, comme il est dit dans saint Luc. Le visage du Christ exprime avec une merveilleuse justesse la bonté, le pardon, une grave et lucide acceptation de tout ce qui va s’accomplir.


Grandes Heures d’Anne de Bretagne f. 227v, Le Baiser de Judas

Page précédente

f. 227v, Le Baiser de Judas

Dans la nuit tragiquement éclairée de torches et de lanternes qui font scintiller les casques, Judas, la bourse aux trente derniers dans la main gauche, désigne par un baiser Jésus aux soudards chargés de l’appréhender. Saint Pierre, à gauche, remet au fourreau le glaive dont il vient de couper l’oreille au « serviteur du grand prêtre », Malchus, effondré au premier plan. Jésus, da sa main droite, remet l’oreille en place, comme il est dit dans saint Luc. Le visage du Christ exprime avec une merveilleuse justesse la bonté, le pardon, une grave et lucide acceptation de tout ce qui va s’accomplir.


Préférences en matière de cookies

Nous utilisons nos propres cookies et ceux de tiers pour améliorer nos services en analysant vos habitudes de navigation. Pour plus d'informations, vous pouvez lire notre politique en matière de cookies. Vous pouvez accepter tous les cookies en cliquant sur le bouton Accepter ou configurer ou refuser leur utilisation en cliquant ICI.