Tacuinum Sanitatis

Tacuinum Sanitatis f. 1r, Elbocasim de Baldach

Page précédente

f. 1r, Elbocasim de Baldach

Tables de la santé en médecine, où sont évoqués les six choses nécessaires, les avantages et les inconvénients des aliments et des vêtements, ainsi que le remède à leurs inconvénients selon les meilleurs conseils des anciens.

Tables de la santé des six choses nécessaires à tout homme pour la conservation quotidienne de sa santé, avec leur bon usage et leurs traitements.

  • La première est la disposition de l’air en contact avec le cœur.
  • La deuxième, le bon usage de la nourriture et de la boisson.
  • La troisième, le bon usage du mouvement et du repos.
  • La quatrième, le rejet du corps d’un excès de sommeil et de veilles.
  • La cinquième, le bon usage de l’expulsion et de la rétention des humeurs.
  • La sixième, la régulation de la personne dans la modération de la joie, la colère, la peur et l’angoisse.

La conservation de la santé se trouvera dans leur équilibre ; à l’inverse, leur altération provoque la maladie, si telle est la volonté de Dieu tout puissant. Ces six catégories comprennent d’autres espèces, très nécessaires, dont nous définirons la nature, avec l’aide de Dieu.

Nous mentionnerons les choix convenables pour quiconque selon sa nature et son âge, et nous les consignerons sur des tables, puisque, parfois, le langage compliqué des sages peut être rébarbatif, tout comme la diversité de nombreux livres contradictoires. L’homme n’attend de la science ni arguments ni définitions, mais une aide. Pour cette raison, l’intention de ce livre est d’abréger les discussions prolixes et, en particulier, de ne pas ajouter de termes différents. Mais dans le même temps, nous désirons ne pas nous éloigner des véritables conseils de nos aïeux. Pour notre part, nous mettons dans ce livre ordre et compilations, résumés d’interprétations et résolutions de démonstrations qui renforcent la vertu des mots. Nous ne souhaitons pas suivre la volonté des hommes selon les diverses conceptions de leurs opinions.

Nous en appelons, par conséquent, à Dieu, pour qu’il corrige notre intellect, puisque la nature humaine peut difficilement éviter les erreurs. Tout notre exposé illustre notre modeste intention, et nous prions Dieu notre Seigneur de nous réconforter et de nous venir en aide.


We use private and third party cookies to improve our services by analyzing your browsing habits. If you continue to browse, we consider that you accept its use. Learn more x