L'Apocalypse en Français

L'Apocalypse en Français f.53r, Babylone scindée en trois parties (Apocalypse, 16, 19-20)

Page précédente

f.53r, Babylone scindée en trois parties (Apocalypse, 16, 19-20)

Le bouleversement général déclenché par le déversement de la septième coupe se manifeste dans toute sa violence sur Babylone. Tandis que les « cités des nations » ont déjà croulé (f. 52), les îles et les montagnes fui et disparu, la Grande Cité se scinde en trois parties sous les flammes des éclairs et une pluie de pierres. D’une manière quelque peu naïve, le peintre a traduit cette scission par trois larges tours, placées les unes à côté des autres; leurs toitures s’effondrent sur « l’assemblée des mauvais » que constituent d’après le commentateur « les Juifs, les païens et les faux chrétiens ». Les corps des blessés s’amoncèlent dans chaque édifice. À gauche les félons abattus ne portent aucun signe particulier, ce sont sans doute les païens; au centre, plusieurs sont coiffés d’un bonnet pointu, allusion probable au chapeau des Juifs; à droite, les chairs des faux chrétiens deviennent de la couleur des ténèbres, signe de la damnation qui les attend. Les assises de cette Babylone tripartite reposent sur une terre en mouvement : de grosses mottes fuselées, arrachées par le séisme, planent en ligne étonnement régulière au dessus du sol ondoyant. Descendant de la nue, un messager divin réitère le geste du Christ de la vision précédente, insistant sur l’origine surnaturelle du châtiment.

C’est le moment où Dieu se souvient de Babylone pour lui donner la coupe où bouillonne le vin de sa colère. L’illustration de la séquence a été reportée au f. 52v, près du témoin installé à son pupitre. Vers une mandorle où apparaît le Christ du Jugement, montrant ses plaies non sanglantes, se campe un roi en armure qui lève dans un geste provocateur le hanap d’or rempli de la colère de Dieu, qu’il vient de recevoir. Figure de la puissance du monde, ce roi symbole du pouvoir de la Grande Cité et de l’Antéchrist est accompagné de trois soldats armés de lances puissantes aux lames finement décorées. Les sombres visages grimaçants de ces guerriers infernaux et les emblèmes – une tête d’ours et une hure de sanglier – ornant le bouclier et les ailettes de l’un d’eux confirment leur appartenance aux forces du Mal.

Marie-Thérèse Gousset et Marianne Besseyre
Centre de Recherche sur les Manuscrits Enluminés, BnF
(Extrait du volumen de commentaires Apocalypse 1313)


We use private and third party cookies to improve our services by analyzing your browsing habits. If you continue to browse, we consider that you accept its use. Learn more x