Dioscoride de Cibo et Mattioli

Héliotrope ou verrucaire (Heliotropium europaeum), f. 44r


Page précédente

L’héliotrope produit une fleur qui ressemble à la queue d’un scorpion, et c’est pourquoi certains l’appellent scorpiurus ; on le dénomme aussi héliotrope parce que ses feuilles tournent avec le soleil. Il a des feuilles comme celles du basilic, bien que plus velues, plus blanches et plus grandes ; de sa racine naissent trois, quatre et souvent cinq tiges, avec de nombreuses aisselles à l’extrémité desquelles poussent des fleurs blanches ou rougeâtres, recourbées comme la queue du scorpion. Sa racine, grêle et inutile en médecine, croît en des lieux rocailleux. Une poignée de cette herbe, cuite dans de l’eau et bue, purge par le bas la bile et les flegmes. Bu avec du vin ou appliqué sous forme de cataplasme, c’est le remède approprié contre les piqûres de scorpion. On le porte au cou pour éviter la grossesse. On dit que quatre de ses grains, bus une heure avant les accès de fièvres quartes, les font cesser, et que trois grains font cesser les fièvres tierces ; sa graine, appliquée sous forme de cataplasme, dessèche les vésicules verruqueuses et les verrues pendantes, les excroissances de chair appelées thymus, ainsi que les cloques nocturnes. Le cataplasme préparé avec ses feuilles est appliqué avec profit sur la tête des enfants en cas d’insolation, sur les articulations affectées de goutte ou luxées ; ses feuilles déclenchent le cycle menstruel et, appliquées sur les parties basses, elles induisent l’accouchement (f. 43v).

Dioscoride de Cibo et Mattioli Héliotrope ou verrucaire (Heliotropium europaeum), f. 44r

Page précédente

Héliotrope ou verrucaire (Heliotropium europaeum), f. 44r

L’héliotrope produit une fleur qui ressemble à la queue d’un scorpion, et c’est pourquoi certains l’appellent scorpiurus ; on le dénomme aussi héliotrope parce que ses feuilles tournent avec le soleil. Il a des feuilles comme celles du basilic, bien que plus velues, plus blanches et plus grandes ; de sa racine naissent trois, quatre et souvent cinq tiges, avec de nombreuses aisselles à l’extrémité desquelles poussent des fleurs blanches ou rougeâtres, recourbées comme la queue du scorpion. Sa racine, grêle et inutile en médecine, croît en des lieux rocailleux. Une poignée de cette herbe, cuite dans de l’eau et bue, purge par le bas la bile et les flegmes. Bu avec du vin ou appliqué sous forme de cataplasme, c’est le remède approprié contre les piqûres de scorpion. On le porte au cou pour éviter la grossesse. On dit que quatre de ses grains, bus une heure avant les accès de fièvres quartes, les font cesser, et que trois grains font cesser les fièvres tierces ; sa graine, appliquée sous forme de cataplasme, dessèche les vésicules verruqueuses et les verrues pendantes, les excroissances de chair appelées thymus, ainsi que les cloques nocturnes. Le cataplasme préparé avec ses feuilles est appliqué avec profit sur la tête des enfants en cas d’insolation, sur les articulations affectées de goutte ou luxées ; ses feuilles déclenchent le cycle menstruel et, appliquées sur les parties basses, elles induisent l’accouchement (f. 43v).

Préférences en matière de cookies

Nous utilisons nos propres cookies et ceux de tiers pour améliorer nos services en analysant vos habitudes de navigation. Pour plus d'informations, vous pouvez lire notre politique en matière de cookies. Vous pouvez accepter tous les cookies en cliquant sur le bouton Accepter ou configurer ou refuser leur utilisation en cliquant ICI.