Atlas Vallard

Atlas Vallard Amérique centrale et Antilles
Page précédente

Amérique centrale et Antilles

La carte de la mer des Caraïbes et des régions du golfe du Mexique est d’une précision exceptionnelle pour l’époque. Dans ce cas précis, elle puise ses origines dans la cartographie ibérique, et tout particulièrement espagnole, comme on peut le constater dans le tracé de la côte nord du Golfe du Mexique et de la péninsule du Yucatán. Cette carte française, par sa grande exactitude, proclame la remise en question par le nord de l’Europe du monopole ibérique dans cette région du monde. L’orientation et les échelles de latitudes et de distances sont très semblables à celles des cartes précédentes. Un grand poisson traverse le Pacifique ; des roses des vents et deux navires figurent dans le Pacifique et l’Atlantique. Celui dans le Pacifique apparaît voiles baissées ayant jeté l’ancre juste en dessous de l’Équateur, tandis que, dans le coin inférieur gauche, juste en dessous du Tropique du Cancer, l’autre navire fait chemin, toutes voiles déployées, magnifiquement représenté en perspective, vu de l’arrière. Dans la partie supérieure de la carte où se trouve l’Amérique du Sud, une montagne fait peut-être référence à la cordillère des Andes et, bien que le fleuve Amazone soit présent, l’Orénoque n’est pas représenté, ce qui constitue une caractéristique de l’école de Dieppe.
Des Européens (Portugais ou Espagnols) sont présents en Amérique du Sud, de part et d’autre d’un lac Maracaibo étrangement dédoublé. Les Indiens d’Amérique du Sud chassent et semblent travailler dans les mines pour les Européens tandis qu’en Amérique du Nord, certains chassent et d’autres, au nord de la ville de Mexico sommairement représentée, semblent faire commerce entre eux. La représentation de Mexico rappelle la carte de Hernán Cortés de Temixtitan (Tenochtitlán) et de la côte du Golfe, publiée à Nuremberg en 1524. L’Amérique du Sud est également peuplée de cerfs et de deux types de félins.

Dennis Reinhartz
Professeur émérite d'Histoire de l'Université de Texas à Arlington
(Extrait du volume de commentaires Atlas Vallard)


We use private and third party cookies to improve our services by analyzing your browsing habits. If you continue to browse, we consider that you accept its use. Learn more x