Évangiles de Lindisfarne

The British Library, Londres  




✵ Cotton MS Nero D IV, British Library, Londres
✵ Format: 350 x 250 mm.
✵ 516 pages avec les 4 portraits des 4 évangélistes à pleine page ; 5 pages tapis (« carpet pages », pleine page avec des motifs décoratifs, généralement géométriques) ; 16 tables des canons ; une page avec le Chi-Rhô; ainsi que plusieurs pages avec des incipit et des initiales richement et magnifiquement décorées.
✵ Les spécialistes pensent que le manuscrit a été réalisé entre 687 et 721 dans le monastère de l'île de Lindisfarne, dans le comté de Northumberland (Royaume-Uni).
✵ Accompagné d’une étude de deux volumes (de 333 et 647 pages), écrite par Michelle P. Brown et disponible en édition bilingue allemand-anglais.
✵ Édition de 2002, limitée à 400 exemplaires, avec une reliure en cuir blanc et un écrin de bibliophile en cuir noir.


Evangelio de San Marcos

✵ Cotton MS Nero D IV, British Library, Londres
✵ Format: 350 x 250 mm.
✵ 516 pages avec les 4 portraits des 4 évangélistes à pleine page ; 5 pages tapis (« carpet pages », pleine page avec des motifs décoratifs, généralement géométriques) ; 16 tables des canons ; une page avec le Chi-Rhô; ainsi que plusieurs pages avec des incipit et des initiales richement et magnifiquement décorées.
✵ Les spécialistes pensent que le manuscrit a été réalisé entre 687 et 721 dans le monastère de l'île de Lindisfarne, dans le comté de Northumberland (Royaume-Uni).
✵ Accompagné d’une étude de deux volumes (de 333 et 647 pages), écrite par Michelle P. Brown et disponible en édition bilingue allemand-anglais.
✵ Édition de 2002, limitée à 400 exemplaires, avec une reliure en cuir blanc et un écrin de bibliophile en cuir noir.




Descripcion

Description

Évangiles de Lindisfarne The British Library, Londres  


Cet impressionnant manuscrit contient les quatre Évangiles, ainsi que leurs tables des canons et leurs préfaces. De même que le Livre de Kells, il est considéré comme un chef-d'œuvre de l'art insulaire ou hiberno-saxon, c'est-à-dire l'art qui s'est développé dans les îles britanniques après l'époque romaine, entre le VIIe et le XIIe siècle. Ce type d’art combine principalement des éléments anglo-saxons et celtiques, mais aussi méditerranéens, et son style est plus différencié de celui qui se développe à la même époque en Europe continentale.

En fait, les Évangiles de Lindisfarne est le manuscrit insulaire le plus complet qui nous soit parvenu.

Il a été écrit entre 687 et 721 par et pour la communauté religieuse du monastère de l'île de Lindisfarne, célèbre pour avoir été attaqué par les Vikings le 8 juin 793. Cette attaque marqua le début de l’âge des Vikings.

En fait, la reliure originale du manuscrit, décorée de pierres précieuses, fut pillée par les Vikings.

250 ans plus tard, au Xe siècle, le moine Aldred inséra une traduction en vieil anglais entre les lignes de son texte latin.

Dans son colophon, Aldred attribue la rédaction du texte à Eadfrith, évêque de Lindisfarne, la reliure à Æthelwald et son ornementation à l'anachorète Billfrith, et se présente lui-même comme l'auteur de la glose du texte latin en anglo-saxon ou vieil anglais.

Le manuscrit des Évangiles de Lindisfarne fut transféré à la cathédrale de Durham, d'où il dû être retiré au milieu du XVIe siècle, lors de la dissolution des monastères ordonnée par Henri VIII. On retrouve sa piste au début du XVIIe siècle, lorsque Sir Robert Cotton l’acquiert au membre du Parlement Robert Bowyer; au XVIIIe siècle, la bibliothèque Cotton fut intégrée à la bibliothèque du British Museum, qui plus tard devint la British Library.



Évangiles de Lindisfarne

Évangiles de Lindisfarne The British Library, Londres  
Évangiles de Lindisfarne The British Library, Londres  
Évangiles de Lindisfarne The British Library, Londres  
Évangiles de Lindisfarne The British Library, Londres  
Évangiles de Lindisfarne The British Library, Londres  
Évangiles de Lindisfarne The British Library, Londres  
Évangiles de Lindisfarne The British Library, Londres  
Évangiles de Lindisfarne The British Library, Londres  
Évangiles de Lindisfarne The British Library, Londres  
Évangiles de Lindisfarne The British Library, Londres  
Évangiles de Lindisfarne The British Library, Londres  
Évangiles de Lindisfarne The British Library, Londres  
Évangiles de Lindisfarne The British Library, Londres  
Évangiles de Lindisfarne The British Library, Londres  
Évangiles de Lindisfarne The British Library, Londres  
Évangiles de Lindisfarne The British Library, Londres  
Évangiles de Lindisfarne The British Library, Londres  
The British Library, Londres  

Description

Cet impressionnant manuscrit contient les quatre Évangiles, ainsi que leurs tables des canons et leurs préfaces. De même que le Livre de Kells, il est considéré comme un chef-d'œuvre de l'art insulaire ou hiberno-saxon, c'est-à-dire l'art qui s'est développé dans les îles britanniques après l'époque romaine, entre le VIIe et le XIIe siècle. Ce type d’art combine principalement des éléments anglo-saxons et celtiques, mais aussi méditerranéens, et son style est plus différencié de celui qui se développe à la même époque en Europe continentale.

En fait, les Évangiles de Lindisfarne est le manuscrit insulaire le plus complet qui nous soit parvenu.

Il a été écrit entre 687 et 721 par et pour la communauté religieuse du monastère de l'île de Lindisfarne, célèbre pour avoir été attaqué par les Vikings le 8 juin 793. Cette attaque marqua le début de l’âge des Vikings.

En fait, la reliure originale du manuscrit, décorée de pierres précieuses, fut pillée par les Vikings.

250 ans plus tard, au Xe siècle, le moine Aldred inséra une traduction en vieil anglais entre les lignes de son texte latin.

Dans son colophon, Aldred attribue la rédaction du texte à Eadfrith, évêque de Lindisfarne, la reliure à Æthelwald et son ornementation à l'anachorète Billfrith, et se présente lui-même comme l'auteur de la glose du texte latin en anglo-saxon ou vieil anglais.

Le manuscrit des Évangiles de Lindisfarne fut transféré à la cathédrale de Durham, d'où il dû être retiré au milieu du XVIe siècle, lors de la dissolution des monastères ordonnée par Henri VIII. On retrouve sa piste au début du XVIIe siècle, lorsque Sir Robert Cotton l’acquiert au membre du Parlement Robert Bowyer; au XVIIIe siècle, la bibliothèque Cotton fut intégrée à la bibliothèque du British Museum, qui plus tard devint la British Library.

Enluminures

Caractéristiques

✵ Cotton MS Nero D IV, British Library, Londres
✵ Format: 350 x 250 mm.
✵ 516 pages avec les 4 portraits des 4 évangélistes à pleine page ; 5 pages tapis (« carpet pages », pleine page avec des motifs décoratifs, généralement géométriques) ; 16 tables des canons ; une page avec le Chi-Rhô; ainsi que plusieurs pages avec des incipit et des initiales richement et magnifiquement décorées.
✵ Les spécialistes pensent que le manuscrit a été réalisé entre 687 et 721 dans le monastère de l'île de Lindisfarne, dans le comté de Northumberland (Royaume-Uni).
✵ Accompagné d’une étude de deux volumes (de 333 et 647 pages), écrite par Michelle P. Brown et disponible en édition bilingue allemand-anglais.
✵ Édition de 2002, limitée à 400 exemplaires, avec une reliure en cuir blanc et un écrin de bibliophile en cuir noir.

Commentaires

Il n'y a pas encore d'évaluation

Préférences en matière de cookies

Nous utilisons nos propres cookies et ceux de tiers pour améliorer nos services en analysant vos habitudes de navigation. Pour plus d'informations, vous pouvez lire notre politique en matière de cookies. Vous pouvez accepter tous les cookies en cliquant sur le bouton Accepter ou configurer ou refuser leur utilisation en cliquant ICI.