Dioscoride de Cibo et Mattioli

Glaïeul des moissons dans le Dioscoride de Cibo et Mattioli, The British Library, Add. Ms. 22332, c. 1564-1584

Page précédente

Glaïeul des moissons (Gladiolus Italicus), f. 72r

Les Romains appellent gladiolus le xiphion grec, pour la forme d’épée de ses feuilles ; il se différencie de la flambe principalement parce que sa feuille est plus courte et plus étroite, faite en pointe et épaisse avec des veines. Sa tige croît de la hauteur d’une coudée et porte des fleurs pourpres, différentes entre elles et disposées les unes après les autres. Il pousse surtout dans les champs. Il a une graine ronde qui produit deux racines semblables à de petits bulbes qui se superposent entre elles : celle de dessous est plus grêle et celle de dessus est plus nourrie. La racine supérieure, appliquée comme un cataplasme avec de l’encens et du vin, attire hors du corps les échardes, les épines et les dards ; mélangée avec de la farine d’ivraie et de l’eau miellée, elle résout les verrues ; appliquée par le bas, elle provoque le flux menstruel. On dit que la racine de dessus, bue avec du vin, incite à la luxure et que l’autre rend stérile. On estime aussi que celle de dessus, donnée en breuvage avec de l’eau, guérit les hernies intestinales des petits enfants (f. 71v).

We use private and third party cookies to improve our services by analyzing your browsing habits. If you continue to browse, we consider that you accept its use. Learn more x